11 août 2008

Le roman courtois

En France, de 1150 à 1250 environ


Origines du roman courtois.


Sujets, style, procédés d'invention, images, types de personnages:

- Les grands récits, mythologiques ou historiques, de l'Antiquité (l'Enéide, de Virgile, les Métamorphoses d'Ovide, la Thébaïde de Stace)
- Les thèmes des récits Histoires et légendes d'origine celtique, baignées de merveilleux païen et de ferveur chrétienne, diffusées par les bardes gallois sont présents dans le Roman de Tristan et les romans de Chrétien de Troyes.
- L'influence du roman grec, notamment sur le roman la Fille du Comte Pontieu, sur les romans idylliques Floire et Blancheflore et Aucassin et Nicolette. Le seul roman grec connu (sous forme de traduction latine principalement) au moyen âge est Apollonius de Tyr.
- L'influence de la littérature byzantine et orientale. Aimon de Varennes déclare avoir ramené de Philoppopoli le sujet de son Florimont (1188). Influence des Mille et une nuits sur l'Eracle de Gautier d'Arras.
- La Poésie lyrique musicale qui exalte la fin'amor.

Les romans courtois:


- La triade classique: Le Roman de Thèbes (vers 1150). Enéas (vers 1160). Benoît de Sainte-Maure,
- Le Roman de Troie (vers 1160).
- Le roman breton: Béroul et de Thomas (contemporain ou légèrement antérieur), Tristan et Iseult (1170-1190). Chrétien de Troyes (1135-1181), Erec et Enide (1170), Cligès (1176), Lancelot, ou le Chevalier de la charette (1177-1181), Yvain, ou le Chevalier au lion (id.), Perceval, ou le Conte du Graal (amorcé après le 14 mai 1181).
- Le roman byzantin: Gautier d'Arras, Eracle (peu après 1164), Ille et Galeron (peu après août 1167).
- Le roman idyllique: Floire et Blancheflore (1170) Aucassin et Nicolette (premier tiers du XIIIe siècle).

Description:


C'est un récit de longue haleine souvent en vers octosyllabiques à rimes plates, écrit par un clerc, mettant en scène des exploits de chevaliers et des aventures amoureuses.

Le héros est un preux: l'amour est la grande affaire de sa vie.
Le roman reflète une vie de cour délicate, à l'abri du besoin, et exprime une conception aristocratique de l'amour (la fin'amor). Il s'adresse à un public cultivé, et plus particulièrement aux dames. Le texte est lu, à haute voix, en petit comité, dans la chambre des dames. Il invite à l'évasion : la chanson de geste prenait son inspiration dans la "matière de France", le roman se nourrit de la "matière antique" (la "triade classique") et de la "matière de Bretagne" (Tristan, les romans de Chrétien de Troyes).

La naissance de ce nouveau genre est à mettre en rapport avec une évolution de la société, caractérisée notamment par l'influence grandissante des femmes et le développement de l'éthique courtoise.
Il incarne un rêve de bonheur, un sentiment de force, la volonté de triompher d'un mal.
Il a pour fonction sociale de sceller, par le moyen d'une adhésion à un ensemble de valeurs (de beauté et de sentiments) la communauté de la cour (Zumthor 1972).

Evolution:


- La prose (XIIIe).
L'octosyllabe est au Moyen Âge la forme poétique la moins marquée.
C'est la prose du XIIe siècle. Le glissement vers la prose proprement dite se fera au XIIIe siècle, la prose sera alors l'une des caractéristiques du genre romanesque.
Les romans en vers du XIIe siècle constituent un trésor où puiseront les romans en prose jusque dans le XVIe siècle.
Mais le vers résiste dans le roman.
La prose fait son apparition dans le roman au XIIIe siècle, mais à la fin du XIVe siècle encore, Froissart rime son Méliador sur le modèle hérité de Chrétien de Troyes.

- L'évolution du genre.
Le roman connaît une évolution et une diversification, prenant des couleurs diverses, réaliste avec le Roman de la rose de Jean Renart, allégorique et didactique avec le Roman de la rose (vers 1230) de Guillaume de Lorris et de Jean de Meun (1270-1285), mystique et religieux avec la Quête du saint Graal et les grands ensembles cycliques en prose , le Didot-Perceval et le Lancelot- Graal.
Le roman courtois imprègne de ses thèmes les dernières chansons de geste.
Les romans de chevalerie des XVe et XVIe siècles sortirent de la plume des compilateurs.
Mais, dès 1230-1260, l'"aventure" a perdu son sens existenciel, elle se réduit soit à un enchaînement de symboles (la Quête du Graal) soit à une suite d'anecdotes curieuses.
La fiction romanesque médiévale a peu de traits communs avec celle qui prévaudra dans des récits ultérieurs. Elle est tournée sur elle-même, sans souci de refléter autre chose que ses propres jeux.

La fin'amor:


"C'est d'amour, quoiqu'on dise, que provient ce qui a le plus de vertu
dans la folie comme dans la sagesse"
(Raison de Miraval - D'amors es tots mos consiriers - XIIème siècle)


L'amour courtois apparaît dans la littérature de langue d'oc au XIème siècle :

- c'est la "fina amor" (fin'amor) inspiratrice de l'art des troubadours.
A la fin du XIIème siècle, il se développera, en France du nord chez les trouvères de langue d'oïl, en Allemagne avec les minnesänger et dans toute l'Europe.

Il restera toujours attaché au cadre de la poésie courtoise, art féodal et raffiné, qui s'exprime toujours dans la langue maternelle des poètes.
Source d'invention et de création jusqu'en 1240 environ, il se codifiera de façon plus formelle au cours des XIIIème et XIVème siècles.

Il est difficile d'expliquer son apparition et il est tout aussi difficile de le définir.

La "fin'amor" propose une conception de l'amour qui se différencie notablement de celle des auteurs de l'Antiquité.
Les écrivains latins écrivaient au masculin : amor carnalis, amour charnel ; amor socialis, amour social ; amor spiritualis, amour spirituel.
Les poètes médiévaux déclineront l'amour au féminin et lui attribueront des épithètes de qualité : fina amor, amour subtile ; bona amor, bonne amour ; rica amor, riche amour ; falsa amor, fausse amour...

Chez les troubadours et leurs continuateurs, les plus hautes qualités de l'amour ne sont accessibles qu'à une élite: ceux qui savent entendre et comprendre. Sorte de mystique amoureuse, l'amour courtois se teinte ainsi d'ésotérisme.

But ultime de la quête, la femme (noble) devient un objet de respect quasi divin et l'obtention de la plus légère faveur est, pour l'amant, un sujet de réjouissance infinie. L’accès à l'ultime "joi" (joie, extase) est pris comme une véritable initiation.
Cette sacralisation de la femme lui accorde des privilèges d'ordre intellectuel : juge et parti, elle peut alors devenir une femme de lettres, les chansonniers courtois nous en offrent les premiers témoignages. La morale courtoise prône la vertu dans l’adultère, le droit à l'amour, la recherche d'une joie terrestre et du plaisir partagé. Mais, en même temps, la luxure est l'obstacle le plus total à sa connaissance et les valeurs morales qu'il demande aux amants sont difficiles à acquérir : fidélité, loyauté, constance, sincérité, soumission, obéissance...
Déifié, l'amour prend un rôle actif, on le prie et on lui demande conseil. C'est par lui que l'on acquiert vertu, intelligence et créativité ; c'est lui qui fait réfléchir, écrire et chanter. Les tourments qu'il occasionne, sont la preuve du prix de la valeur que l'on cherche à acquérir et ces même tourments exaltent plus encore les capacités de création. L'amour courtois apparaît ainsi comme une démarche intellectuelle, son idéal a quelque chose d'onirique, de virtuel, il ne représente pas la vie de chaque jour et ses chantres n'ont très certainement jamais vécu la totalité des tourments qu'ils décrivent.

"Chanter ne peut valoir guère,
si le chant ne monte pas du fond du cœur,
et le chant ne peut monter du cœur s'il n'y a pas de fine amour sincère,
c'est pourquoi mon chant est supérieur,
car j'ai investi dans la joie d'amour et j'y engage ma bouche, mes yeux, mon cœur et mon esprit."
(Bernart de Ventadorn - Chantars no pot gaire valer - XIIème siècle).


Bibliographie.


AUERBACH, Erich, "Les aventures du chevalier courtois", in Mimésis, Gallimard, 1968, p. 133-152.
COHEN, Gustave, le Roman courtois au XIIe siècle : les origines du roman, Paris, Centre de documentation universitaire, 1964.
COULET, Henri, "le Roman aux XIIe et XIIIe siècles", in le Roman jusqu'à la Révolution, Paris, Armand Colin, 1967.
RIBARD, Jacques, "Aux origines du roman français : le roman au XIIe siècle", in le Genre du roman, les genres de romans (actes de Colloque), PUF, 1980.
ZUMTHOR, Paul, Essai de poétique médiévale, Le Seuil, 1972.

Posté par enyleve à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le roman courtois

Nouveau commentaire